Alexandre N.Isis

Alexandre N.isisAlexandre N.Isis est l’auteur du livre « Les Voleurs d’Étoiles ou le Secret du Zodiaque de Denderah ».

Son travail de recherche nous emmène de la petite salle du Louvre où est exposé le célèbre Zodiaque Égyptien vers un voyage à travers le temps, où nous pouvons découvrir comment les Anciens Égyptiens percevaient le ciel ainsi que les cycles astronomiques.

Son enquête archéo-astronomique dépoussière cette pièce unique que l’égyptologie orthodoxe semble avoir rangé dans le rayon des curiosités sans avoir réellement mis en lumière l’avancée extraordinaire de la discipline astronomique de l’Ancienne Égypte.

Cet auteur indépendant bouscule le petit monde de l’égyptologie académique pour nous détailler ce disque céleste qui d’après lui, ne peut pas dater du 1 er Siècle avant notre ère, tant les personnages qui sont sculptés sur ce zodiaque n’ont rien de ptolémaïque.

Il nous démontre preuves à l’appui, que l’Egypte Antique s’y connaissait suffisamment en astronomie pour avoir su déjà que la Terre est ronde, que son axe est oblique, que la précession des Équinoxes existe, et bien d’autres détails comme la vision stéréographique azimutale.

Mais aussi que l’Egypte Antique connaissait déjà 72 de nos actuelles constellations.

Son enquête de plusieurs centaines de pages et fort illustrée, nous fait redécouvrir une Égypte que nous ne nous connaissions pas ou très peu, dont seul des égyptologues comme Antoine Gigal nous en offre la véritable histoire.

C’est d’ailleurs Antoine Gigal en collaboration avec A.N.Isis qui s’est chargé de traduire les hiéroglyphes figurant sur le zodiaque circulaire du Temple de Denderah, pour nous en transmettre le message secret du fond des âges.

Alexandre N.Isis ne s’est pas contenté de reprendre les théories de certains auteurs comme ceux du 19 ième Siècle et des plus modernes, qui se sont basés sur de mauvaises copies du zodiaque pour nous en proposer de multiples interprétations.

Cet auteur, par respect pour les créateurs du Zodiaque ramené en 1821 en France, a travaillé directement en superposition sur ce fameux bas-relief astronomique afin d’en conserver sa composition originale et ainsi nous en transmettre une foule de détails qui révèlent un savoir dont la civilisation grecque ne s’est pas gênée d’en revendiquer la paternité, c’est pour dénoncer ce vol astronomique et mythologique que cet auteur a jugé nécessaire de nommer ainsi son livre.

Visiter le site lesvoleursdetoiles.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *